Histoire de la peinture à l’huile

Histoire de la peinture à l’huile

Une recette inventée par Van Eyck
Vers 1410,Van Eyck, un peintre flamand, s’intéresse à la fragilité de la tempéra. Il expérimente des huiles crues et cuites en les associant à de la résine, puis à des pigments. La recette de Van Eyck donne naissance à la peinture à l’huile. Elle se compose en fait de 2 types d’huile: une huile cuite et une huile crue, auxquelles est ajoutée une résine dissoute, ambre ou copal (le copal étant l’hypothèse la plus viable, les laboratoires ne savent toujours pas dissoudre l’ambre). Cette recette confère à la peinture à l’huile une siccativité lente et sa richesse en résine donne brillance et transparence à la couche picturale. La lenteur de séchage de la peinture à l’huile permis à l’époque de réaliser des détails et des modelés, qu’aucune autre technique n’égalait à l’époque.

on

Les maîtres de la Renaissance

apportent leur touche à la recette L’influence des grands maîtres de la Renaissance italienne comme Botticelli, Léonard de Vinci, le Titien, le Tintoret, le Caravage ou Véronèse, va faire évoluer la recette de Van Eyck. Les e la brillance, disparaît peu à peu et la part d’huile cuite augmente. La cire s’ajoute et rend la matière picturale plus lourde..

Du XVIIe siècle à l’Impressionnisme
A partir du XVIIe siècle, les peintres veulent accélérer le séchage de leurs tableaux dans un souci de production. Ils ajoutent des siccatifs et des cires dans le liant. Certains abusent de ces colins ou d’oeillette, broyée avec les pigments. Les médiums à peindre peuvent permettre de retrouver les procédés des écoles Flamande ou Vénitienne.

Règles essentielles d’application
e support est « l’ossature » d’un tableau, la peinture « sa chair » et le vernis « sa peau ». Les 3 étapes fondamentales dont le choix et la préparation du support, l’application de la couleur avec ou sans médium oxydation par contact avec l’oxygène de l’air. L’oxygène durcit la peinture, de la surface externe au coeur de la couche picturale. L’application gras sur maigre favorise le séchage à coeur et la pénétration de l’oxygène vers les couches intérieures, pour les durcir. Elle évite également l’apparition prématurée de craquelures.

1. mélange pigment/liant
Le pigment, composant essentiel de la peinture qui détermine sa couleur, sa résistance à la lumière, sa brillance, sa transparence ou son opacité, est mélangé au liant selon une recette minutieuse. Les pigments sont sélectionnés de façon draconienne en fonction de leur pureté, de leur finesse et de leur intensité. Le liant utilisé pour la peinture à l’huile peut être l’huile de lin, d’oeillette, de carthame, de tournesol ou encore la résine de dammar. L’ordre d’incorporation des ingrédients, les quantités et la vitesse de mélange ont une importance décisive

2. le mélange est ensuite peaufiné grâce à un laminoir.
Cette phase va optimiser la consistance de la couleur et éliminer tous les éléments indésirables. Le laminoir a également pour rôle d’homogénéiser la couleur. Les pigments forment en effet un ensemble hétérogène de petits blocs que le liant doit englober au départ. Les 3 rouleaux en acier qui le composent sont paramétrés avec soin : l’espacement entre les rouleaux, leur vitesse et leur température sont réglés en fonction de la nuance.

Huile extra-fine
Elles présentent un taux de pigment plus élevé et de nombreuses nuances sont à base d’un seul pigment, ce qui assure une stabilité parfaite lors de mélange et un pouvoir colorant très élevé. La proportion de pigments, de liants et de matières de charge est optimale. Les huiles extra-fines contiennent un minimum d’additifs chimiques. La finesse de broyage des couleurs par le triple laminoir est exceptionnelle. En outre, le choix de nuances est pléthorique pour ce niveau de qualité.

Huile étude
Elles sont destinées aux débutants et amateurs. Ces couleurs ont été conçues pour rendre la peinture à l’huile accessible au plus grand nombre. Les artistes professionnels les utilisent pour leurs esquisses et études. Les gammes de nuances sont plus restreintes. Plus épaisse, la pâte contient plus d’huile et de matières de charge. Néanmoins, les spécialistes de la couleur ont peaufiné ces gammes durant ces dernières années et leur qualité va crescendo.

4 réflexions sur “Histoire de la peinture à l’huile

    • vraiment c’est une sorte de mal entendue, j’ai trouver ce tableau par hasard sur internet et je me suis dit que c’est l’un des tableaux spéciale dans ce type de peinture:/ je m’excuse de ce geste Me JOCELYNE.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s